Voix intérieures (manifeste) - Yves Mwamba

Vendredi 12 et samedi 13 novembre 2021
Danse, Temps fort
Dans sa création « Voix intérieures », le chorégraphe Yves Mwamba convoque un danseur, un musicien et une militante activiste pour un manifeste contre l’absurdité du monde.

 

Un danseur, un musicien, une militante activiste, tous trois Congolais. En un triangle de corps et de langages poétiques, ils restituent ces milliers de voix qui bouillonnent à l’intérieur de leur pays sans pouvoir s’exprimer, tant de rêves étouffés dans la brutalité.

 

À l’appui des mouvements citoyens exigeant les droits les plus élémentaires - la mise à disposition d’eau et d’électricité pour tous, la protection, l’éducation, le vote libre (et non truqué), la fin de l’enrôlement forcé d’enfants dans l’armée pour dénicher des matières premières -, le chorégraphe s’offusque à voix haute contre le mépris des dirigeants du Congo. C’est un hommage au militantisme d’une jeunesse engagée mais bafouée, pacifiste et déterminée, non violente et pourtant brûlée vive. Dialoguant avec l’espace scénique qui évolue comme au fil d’une marche militante, les trois performers convoquent et dévoilent, dans les entrelacs des cordes vocales, dansées et musicales, un contexte politique désastreux.

 

Yves Mwamba fait bouger des corps pour pallier aux mots qui manquent, avec son vocabulaire chorégraphique teinté de krump, de sa danse ténébreuse et solaire, rugueuse et sulfureuse.

 

Sur une création sonore composée d’ambiances et de voix recueillies au Congo, ce surprenant trio insuffle une énergie vibrante, une cohésion vitale, qui résonnent avec une richesse humaine universelle : la persévérance à se tenir debout.

 

Durée : 60 min

 

Retrouvez notre interview d'Yves Mwamba :

 

▶ VIDEOBOX

En écho au spectacle, Le Carreau du Temple vous propose la projection du documentaire Les statues meurent aussi (1953, 30 min) réalisé par Alain Resnais et Chris Marker, du vendredi 12 au mardi 16 novembre 2021 dans l'espace Videobox en accès libre. Visite commentée les vendredi 12 et samedi 13 novembre 2021 à 18h30.

Le film était une commande de la revue Présence africaine. Partant de la question « Pourquoi l’art nègre se trouve-t-il au musée de l’Homme alors que l’art grec ou égyptien se trouve au Louvre ? », les réalisateurs dénoncent le manque de considération pour l'art africain dans un contexte de colonisation, et relèvent le racisme manifeste derrière ces choix. En France, du fait de son point de vue anti-colonialiste, le film reste interdit par la censure pendant 11 ans.

Videobox est un espace permanent dédié à l'art vidéo, situé dans le vestiaire 9 du Carreau du Temple.

 

 

Conception et chorégraphie : Yves Mwamba | Interprétation : Rebecca Kabugho, Pytshens Kambilo, Yves Mwamba | Dramaturgie et texte : Fiston Mwanza | Création lumière : Jean-Pierre Legout | Création sonore : Mathieu Husson | Regard extérieur : Anne Nguyen | Scénographie : Magali Castellan et Tanguy de Saint-Seine | Costumes : Barçalacob Kadiebwe

Production déléguée : Le Grand Gardon Blanc | Coproduction : Les Ateliers Médicis , Le Carreau du Temple - Equipement culturel et sportif de la Ville de Paris, L’échangeur - CDCN Hauts-de-France, Le Manège scène nationale - Reims, Charleroi danse - Centre chorégraphique de Wallonie-Bruxelles, Les Studios Kabako - Kisangani | Soutiens : DRAC Île-de-France - ministère de la Culture et de la Communication, Région Île-de-France dans le cadre du dispositif FoRTE, Institut Français dans le cadre du programme Résidences sur mesure, La Villette- Paris, Compagnie Semena