Je rentre dans le droit chemin - Sylvain Riéjou / Association Cliché

Jeudi 9 et vendredi 10 décembre 2021
Danse, Temps fort
Avec « Je rentre dans le droit chemin... », Sylvain Riéjou défie la question de la nudité sur scène, entre fausse conférence et danse vraie !

Dans le cadre de Danse Dense #lefestival

 

Nom complet du spectacle : Je rentre dans le droit chemin (qui comme tu le sais n'existe pas et qui par ailleurs n'est pas droit)

 

Pourquoi, quand et comment la nudité a-t-elle un sens sur scène ? Enfin, un chorégraphe défie frontalement la question, sans détour ni métaphore, dans une forme pétillante, entre fausse conférence et danse vraie.

Dans le droit chemin de sa première pièce Mieux vaut partir d’un cliché que d’y arriver, présentée au Carreau du Temple en 2018, Sylvain Riéjou poursuit son exploration vidéo-chorégraphique de l’acte de création en partageant l’intimité de ses questionnements d’artiste.

Publiée sur Internet en 2010, sa vidéo-danse Clip pour Ste Geneviève, pourtant chaleureusement accueillie par le public lors de festivals de danse, tombait sous le joug d’une interdiction de circuler sur la toile. Législateur : Dailymotion. Motif invoqué : caractère pornographique.

S’est alors dessinée une interrogation sur les paradoxes de la représentation du corps dans l’art et dans la publicité : pourquoi un corps donné à voir dans toute sa vérité, donc nu, sur un plateau, dans une visée artistique, choque-t-il bien davantage - les enfants comme les adultes - que toute vidéo aux allusions clairement sexuelles, à but commercial ?

Imposant challenge pour un interprète qui a mis des années à abdiquer devant le fantasme de l’Apollon athlétique et ténébreux pour accepter son corps blanc, mince et imberbe, ce nouveau solo tente de démêler la confusion fossile entre nudité et obscénité.

Dans un climat chatoyant d’autodérision, déjouant le parfum de scandale que suscite le nu, Sylvain Riéjou propose son lexique du dénuement et le met en pratique avec son propre corps pour mettre en évidence que c’est là l’acte le plus engagé et engageant du danseur. Il nous rappelle, avec une étonnante pudeur, que toute création artistique est intrinsèquement une mise à nu.

 

► Tarif : 1 place au tarif A pour les 2 spectacles (1 soirée, 2 spectacles inclus)

► Spectacle inclus dans votre soirée : VACA - Anna Chirescu

 

Durée de la soirée : 2h (entracte compris)

 

Retrouvez notre interview de Sylvain Riéjou :

 

▶ VIDEOBOX

 

En écho aux spectacles, Sylvain Riéjou propose une vidéo issue de son spectacle Mieux vaut partir d’un cliché que d’y arriver, présenté au Carreau du Temple en 2018 ; Anna Chirescu choisit, quant à elle, de projeter Beach Birds for Camera de Merce Cunningham, dans l’espace Videobox du jeudi 9 au vendredi 17 décembre 2021 en accès libre.

 

 

Videobox est un espace permanent dédié à l'art vidéo, situé dans le vestiaire 9 du Carreau du Temple.

 

Conception vidéo-chorégraphique, textes et interprétation : Sylvain Riéjou | Regards extérieurs : Tatiana Julien, Clémence Galliard, Emilie Cornillot | Arrangements sonores : Gaspard Guilbert, Emile Denize | Régie son et vidéo : Emile Denize | Régie générale et lumière : Sébastien Marc | Compagnie accompagnée par Danse Dense

Production : Association Cliché | Accompagnement à la production et au développement : Charles Eric Besnier & Chloé Ferrand - Bora Bora productions | Coproduction : Le Carreau du Temple, La place de la danse – CDCN Toulouse – Occitanie ; Le Triangle, Cité de la danse, Rennes | Partenaires : L’étoile du nord, scène conventionnée d’intérêt national art et création pour la danse, micadanses (Paris), Le Regard du Cygne (Paris), Montévidéo (Marseille), CNDC (Angers), Les Eclats pole artistique pour la danse contemporaine (La Rochelle), L’échangeur (CDCN Hauts-de-France), Collectif 12 (Mantes la Jolie), l’Atelier de Paris (Paris).

Ce projet bénéficie du soutien de la DRAC Pays de la Loire (au titre de l’aide à la création ainsi que de l’aide à la reprise dans le cadre du plan de relance 2021) et du soutien de la Région Pays de la Loire. Il bénéficie également de l’aide à la production SACD et Sylvain Riéjou a reçu pour ce projet l’aide à l’écriture chorégraphique de l’association Beaumarchais - SACD, ainsi que l’aide à la diffusion de la Ville de Paris. Ce projet a bénéficié du soutien de Danse Dense ((Pantin) tout au long de sa création.