Entropie - Léo Lérus

Vendredi 4 et samedi 5 juin 2021
Danse, Temps fort
En partenariat avec l’Atelier de Paris - Centre de développement chorégraphique national / festival JUNE EVENTS, le chorégraphe caribéen Léo Lérus vient éblouir la scène du Carreau du Temple avec sa dernière création « Entropie ». En ouverture de soirée, Gladys Demba présente « Mes Horizons », un premier solo ambitieux.

 

Entropie - Léo Lérus

 

Pur éblouissement de danse. Incarnée par quatre interprètes magistraux, dont la solidarité sur le plateau envahit les spectateurs par vagues de frissons, la dernière pièce de Léo Lérus poursuit les courbes d’une signature unique. Portant avec élégance l’héritage caribéen, à l’appui d’outils sans cesse affûtés, sa démarche le pose depuis dix ans comme un créateur d’exception sur la scène contemporaine.

 

Les danseurs entrent en scène devant un grand écran luminescent, qui se reflète au sol. Une marche simple mais urgente dicte des croisements, au coeur desquels bat la musique des pas. Soudain, une musique allègre emporte la danse, puis les mouvements de groupe se dessinent, la musique traditionnelle faisant place à un univers électro, vif, scandé. Les corps, athlétiques, sculptés, magnifiques, nous happent ; il est impossible de détacher son attention une seule seconde de cette profusion de lignes et d’arabesques exaltées, d’une implacable précision. Avec ardeur et sensualité s’enchaînent quatuors sur percussions riches, duos vus de dos sur musique minimale, ou d’extraordinaires performances découpées sur des carrés de lumière blanche, jusqu’au final, décapant.

 

Léo Lérus a inventé un vocable directement issu de la musicalité et de la théâtralité du Léwòz, une danse mariée au Gwo-Ka, langage musical d’origine africaine né lors de la traite des Noirs, principalement joué avec des tambours.

 

S’inspirant ici de la thermodynamique de l’évolution observant l’« entropie » - mesure du degré de désordre de tout système -, il reconsidère avec ses danseurs la notion d’énergie, selon un regard enrichi d’interactions techniques entre chorégraphie, interprétation, dramaturgie et environnement sonore et musical. À n’en pas douter, il y en aura d’autres, mais Entropie, tel un micro-organisme vivant, est un puissant aboutissement de cette recherche.

 

Durée : 1h

 

Chorégraphie : Léo Lérus en collaboration avec les interprètes | Avec : Ndoho Ange, Maëva Berthelot, Léo Lérus, Shamel Pitts | Musique : Léo Lérus, Gilbert Nouno | Dispositifs interactifs sonores et lumières : Gilbert Nouno | Lumières, régie générale et régie lumière : Chloé Bouju | Costumes : Ingrid Denise | Regards extérieurs : Clémence Galliard, Michael Getman, Julien Monty

Production : Compagnie Zimarel – Léo Lérus, L’Artchipel - Scène nationale de la Guadeloupe | Coproduction : L’Artchipel-Scène nationale de la Guadeloupe, Théâtre 71 - Scène nationale de Malakoff | Soutiens : Chaillot - Théâtre national de la danse dans le cadre de « La Fabrique de Chaillot », DAC Guadeloupe, Adami, Onda – Office national de diffusion artistique, Conseil régional de la Guadeloupe, Ville de Sainte-Anne

 

Retrouvez le teaser d'Entropie :

 

Retrouvez notre interview de Léo Lérus :

 

♦♦♦

 

Mes Horizons - Gladys Demba

Focus danse sur la jeune création guyannaise présenté en avant-première du spectacle Entropie

 

La Guyane est un terrain de croisements entre les premiers peuples amérindiens, les Bushinengue – descendant·e·s d’esclaves africain·e·s né·e·s du marronnage – et les Créoles. Mais « peu importe le mélange que l’on a dans le sang, ici, nous avons tou·te·s des valeurs de chaque communauté » rappelle Gladys Demba. C’est avec des questions essentielles et intérieures sur les différentes cultures guyanaises que la chorégraphe explore son identité. À l’âge de 6 ans, elle rencontre la danse en Guyane française, sa région. Elle parcourt ensuite plusieurs écoles en métropole et ailleurs, enseigne à son tour la danse et développe son écriture chorégraphique sous le regard bienveillant du chorégraphe Thomas Lebrun, directeur du CCN de Tours et de Norma Claire, directrice du CDCN de Guyane Touka Danses. Solo signature, Mes Horizons joue des influences et des fulgurances, pour trouver sa danse.

- Texte de Léa Poiré pour l’Atelier de Paris / CDCN

 

Durée : 20 minutes

 

Chorégraphe et interprète : Gladys Demba | Sous le regard de Thomas Lebrun
Coproduction : Association H’ART ; Touka Danses – CDCN Guyane | Cette création s’inscrit dans le cadre de Dansez Croisez.

 

© Ronan Lietar

 

Chaque année, l’Atelier de Paris / CDCN organise le festival JUNE EVENTS, qui aura lieu pour sa 16e édition du 2 au 18 juin 2022.

Programme disponible sur atelierdeparis.org dès avril.