SECOND SQUARE BRANCHÉ MODE

Samedi 23 et dimanche 24 février
Festival, Mode et design, Temps fort
Saviez-vous que les vêtements pouvaient être connectés ? Ou, réciproquement, que la haute technologie pouvait être portée, et très élégamment ?

SAMEDI 23 ET DIMANCHE 24 FÉVRIER
Mode connectée, Ball voguing, Ateliers, Installations
De 14h à 19h 

C’est tout beau, tout neuf, à ne pas savoir que choisir en premier : le style vestimentaire ou la fonctionnalité. Le Carreau, temple précurseur de la mode et de l’innovation, ne pouvait pas passer à côté de cette confluence contemporaine. Avant l’heure de la consécration de cette fusion imminente entre high-tech et style, Second Square, rendez-vous ouvert aux publics, tient à mettre à la portée de l’observation, l’intelligence, la sensibilité de tous, sceptiques, conquis ou sans avis, cette nouvelle tendance, bientôt incontournable, des wearable technologies.

Un coup de projecteur sur ces appétences futuristes pour mettre à l’honneur, en parallèle, le must du design textile, des costumes délirants aux déguisements et travestissements les plus fous à déguster / confectionner sur place, proposant un chemin de traverse dans la jungle des métamorphoses par l’habillement.

Aussi, aux côtés de corners consacrés aux nouveaux makers mode / high tech, un ball voguing décapant, des expositions et des ateliers de fabrique pour repartir avec ses objets home made, accueillent petits et grands.

► BALL VOGUING
► ATELIERS
► EXPOSITIONS & PERFORMANCES
► MINI-MARKET 

 

Ball Voguing - Samedi 23 février de 19h à 00h

Issu d’une culture afro-américaine et homosexuelle, le voguing fascine depuis quelques années de nombreux artistes, publics, adeptes. Voguer, c’est savoir danser, mais aussi briller face à son public. Energiques, éblouissants et combatifs, les vogueurs offrent une danse, mais aussi une culture, des performances extravagantes se déployant par catégories et s’inspirant des magazines de mode.

Depuis cinq ans, Lasseindra Ninja brûle de ses incroyables ballrooms la capitale de la mode : le Carreau du Temple a la chance de l’avoir à domicile, alors, profitons-en !