RENCONTRES DE LA SORBONNE 19-20

Saison 2019-2020
Rencontre, Conférence
Cycle thématique de débats-conférences accueilli pour la quatrième saison au Carreau du Temple, Les Rencontres de la Sorbonne proposent cette année de considérer la place de l’art dans la lutte contre les dysfonctionnements écologiques.

RENCONTRE DE LA SORBONNE - Mardi 12 novembre 2019 - 19h à 20h30

 

Depuis que l’humanité est entrée dans ce que l'historien nord-américain Donald Worster nomme "l'âge écologique" en 1945, une prise de conscience mondiale des conséquences néfastes de certaines activités humaines sur l'environnement a progressivement engendré de nouvelles demandes politiques, économiques et sociales. Loin d’être une mode qui s’imposerait dans tous les domaines, adopter une conscience écologique apparaît comme une réelle nécessité, un devoir auquel l’humanité doit s’attacher en vue d’espérer atténuer voire réparer ses propres dégâts. Or, si aspirer au vert est une volonté, agir en est une autre. Néanmoins le contexte actuel témoigne d’un fait : l’action contre les dysfonctionnements écologiques n’est pas encore la priorité de tous. 

À l’heure des grèves et des conférences mondiales pour le climat, de l’émergence de systèmes de production-consommation plus éthiques et durables, que peuvent les domaines artistique et culturel pour la cause environnementale ?

L’environnement et l’écologie sont éminemment présents dans les productions artistiques contemporaines mais des paradoxes demeurent en suspens entre la démarche artistique, l’œuvre produite et sa logistique. Une reconsidération du système de production artistique et de sa mise en valeur au sein des institutions artistiques et culturelles est-elle nécessaire ? Est-il encore acceptable aujourd’hui de mettre l’écologie de côté lors de la création d’une œuvre ou d’une exposition ? L’art et la culture de demain ne devraient-ils pas intégrer la notion d’écoconception, cette approche qui prend en compte les impacts environnementaux dans la conception et le développement et qui intègre les aspects environnementaux tout au long du cycle de vie de l’œuvre (matière première, fabrication, logistique, distribution, usage et fin de vie. Ces deux derniers aspects étant discutables dans le cas d’une œuvre d’art). Or toutes ces transformations doivent-elle être imposées, ou devons-nous laisser le temps à chacun de modifier ses habitudes ? Imposer ou Choisir : comment tendre à une conscience éco-artistique ?

En nous interrogeant sur la place des politiques culturelles dans cette quête de conscience éco-artistique, nous nous demanderons si leur rôle est d’imposer une conscience écologique aux artistes ? Si tel est le cas, un problème se pose : pour sauver la planète doit-on inévitablement brider la création artistique ? Ainsi, la liberté d’expression artistique est-elle elle aussi à sauver ?

 

INTERVENANTS

  • Camille Azaïs

Camille Azaïs est à la foi critique d’art, directrice de publication de la revue d'art et de littérature Ingmar, curatrice, et enseignante à l'Ecole supérieure des arts et médias de Caen.

  • Loïc Fel, fondateur de l’agence Influence for good et co-fondateur de COAL

Docteur en philosophie, il est convaincu que la philosophie ne peut se résumer à la recherche, c’est dans la mise en œuvre du développement durable qu’il met à l’épreuve du terrain ses convictions.

  • Elise Morin

Elise Morin est une artiste française née en 1978. Elle développe des installations monumentales à partir de matériaux recyclés et des vidéos empreintes de références au paysage et à l’industrie.

 

♦♦♦

 

LES RENCONTRES DE LA SORBONNE « CULTURE ET ENVIRONNEMENT »

Organisées par les étudiants du Master de Direction de projets culturels sous la direction de Françoise Docquiert, maître de conférence

Les 23 octobre, 12 novembre, 13 décembre, 21 janvier, 12 février, 10 mars

 

Les affinités entre arts et sciences, y compris les sciences de l’environnement, ne datent pas d’hier. Premièrement, les deux domaines sont corrélés au concept de patrimoine : l’art, au patrimoine matériel ; l’environnement, au patrimoine naturel. Cette notion véhicule une même préoccupation de sauvegarde du passé et de transmission aux générations futures. Il y a par ailleurs un vocable commun. Qu’il s’agisse d’œuvres ou d’écosystèmes, les mots “préservation”, “restauration”, “conservation” et tant d’autres, les rythment et les relient, qui témoignent d’une proximité d’enjeux. Au passage, le Grec technè et le Latin ars désignaient tout à la fois « art » et « techniques, sciences ». Enfin, la représentation de l’environnement et la place de l’être humain en son sein constituent l’un des sujets les plus visités en art, mêlant angoisse et fascination face à la nature, ses beautés et ses dangers, d’où les écrits philosophiques sur le Sublime, venus de la phénoménologie allemande ou de l’empirisme anglo-saxon.

Mais, face à l’urgence climatique dont nous prenons enfin conscience, quel est le réel potentiel de la création artistique ? Quels rôles l’artiste et la culture peuvent-ils jouer face aux crises environnementales actuelles ? Concrètement, de quelles façons l’art contemporain peut-il s’engager, agir autour de la cause environnementale ?

 

Françoise Docquiert, responsable du master 1 Direction de Projets et d’Etablissement culturels, Ecole des Arts de la Sorbonne, Université Paris 1 Pantheon Sorbonne.

 

♦♦♦

 

► LES RENCONTRES DE LA SORBONNE 2019-2020 :

 

  • Mercredi 23 octobre 2019 : "L’éco-conception artistique : une transition écologique culturelle possible ?" - Invités : Alice Bandini, Matthieu de Bonnières et Mélanie Rivault

 

  • Mardi 12 novembre 2019 : "Imposer ou Choisir : comment tendre à une conscience éco-artistique ?" - Invités : Camille Azaïs, Loïc Fel et Elise Morin

 

  • Vendredi 13 décembre 2019 : programmation à venir

 

  • Mardi 21 janvier 2019 : programmation à venir

 

  • Mercredi 12 février 2019 : programmation à venir

 

  • Mardi 10 mars 2020 : programmation à venir