Pact(e)

PACT(e) est un programme innovant de résidences d’artistes en entreprises.

 

Le Carreau du Temple invite, depuis 2017, des artistes de toutes disciplines à créer leurs œuvres en immersion au sein d’entreprises du secteur privé et public. Nous impulsons avec PACT(e) le rapprochement et le croisement des territoires de l’entreprise et de la création artistique.

 

Une autre façon d’accompagner la création contemporaine
PACT(e) offre une approche globale de l'accompagnement d'artistes, intégrant la création, les relations publiques, l'élaboration de la coproduction avec l'entreprise et la présentation de l'œuvre finale. Il s'agit avec PACT(e) d'élargir le regard à ce que peuvent concevoir les créateurs en connivence avec les entreprises du territoire, en s'imprégnant de leurs métiers, de leurs savoir-faire et de leurs valeurs. La création est déplacée sur de nouveaux terrains.

Un levier d’innovation sociale et managériale
Placer l’art au cœur de l’entreprise permet d’emmener ses collaborateurs sur de nouveaux terrains, d’inventer des fonctionnements humains et méthodologiques le temps d’un projet et d’encourager les interactions relationnelles inédites au sein des équipes. Une démarche qui favorise la transversalité interne et externe de l’entreprise en ouvrant des horizons sur l’art et la culture. 

◉ Une alternative public/privé aux modes de production des œuvres d’art
PACT(e) innove dans le paysage des programmes dédiés aux entreprises car il se différencie du mécénat classique. Non seulement le financement est ici croisé entre une structure publique et une structure privée, mais il s’agit d’aller encore plus loin : l’entreprise est pleinement actrice du projet qui la lie à l’artiste et au Carreau du Temple. C’est une co construction. Ainsi la résidence  est le fruit d’un pacte tripartite, d’un investissement de chacun dans ce  projet commun.

◉ Nouveaux modes de production et nouveaux publics
De tels modes de productions innovent au cœur même de l’entreprise et au plus près des salarié·e·s, des artisan·e·s, des dirigeant·e·s, des femmes et des hommes qui la constituent. Ils ouvrent ainsi la création artistique contemporaine à de nouveaux publics. Les rapports à l’art sont transformés, l’œuvre devient palpable, le secteur artistique accessible et plus proche des réalités de chacun. Le Carreau du Temple, avec ce programme apporte une réponse concrète à la question de la sensibilisation et de la mixité de nouveaux publics pour le secteur culturel.

 

 

 ♦ LES RÉSIDENCES ♦

 

◉ Julien Monnerie, plasticien / Tartaix et TPU Industries – Paris et Chelles

La résidence de Julien Monnerie s'est construite chez Tartaix, magasin centenaire du 3ème arrondissement de Paris, spécialiste des métaux au détail. L'artiste y a collecté matériaux et fournitures en vue de les assembler, de les transformer avec l'équipe de tôliers métalliers de TPU Industrie. Pendant plusieurs mois, Julien Monnerie a travaillé à la conception et à la réalisation d'un ensemble de sculptures en laiton, Aspic, inspirées de moules à gâteaux ou entremets. Celles-ci peuvent être considérées comme des outils potentiels pour d'autres sculptures.
Paul Nicoué ©Le Carreau du Temple 2018 

 

 

 

 

◉ Hortense Soichet, photographe / Le Onzième Lieu - Paris

Le Onzième Lieu est un espace de travail partagé au cœur de Paris, dédié aux travailleurs indépendants de tous horizons et artistes plasticiens. Hortense Soichet, intéressée par les nouvelles mutations du travail, a passé plusieurs semaines en observation au plus près des utilisateurs de cet espace. Une vidéo muette de dix minutes est issue de cette résidence. Elle a interviewé, filmé et photographié les usagers, s’intéressant à la diversité des approches et des relations que chacun entretient avec ses outils et son espace de travail. Malgré l’uniformisation des outils et des techniques de travail, quels sont les impacts de l’activité exercée sur les êtres et les espaces ? Comment se créent ainsi les nouvelles typologies de l’image du travailleur ?

© Hortense Soichet 2018

 

 

 

◉ Florent Audoye, artiste-auteur, performeur / CPME Ile-de-France – Paris

Florent Audoye a été recruté en CDD par la CPME Paris Île-de-France, organisation patronale dédiée aux TPE-PME, en tant que « Chargé.e du bonheur au travail ». En l’espace de deux mois, l’artiste-salarié a mis en place, dans les espaces des bureaux abritant 8 salariés, un dispositif d’actions visant à étudier, réfléchir et faire évoluer leurs conditions de travail. Une résidence de création en entreprise qui vient nourrir sa démarche artistique autour de nos rapports aux mondes du travail, de l’institution et de l’administration.
Paul Nicoué © Le Carreau du Temple 2018

 

 

 

 

◉ Thibaud Croisy, metteur en scène / Protection Judiciaire de la Jeunesse 93 – Villepinte

En juillet 2018, Thibaud Croisy a passé une semaine dans le quartier des mineurs de la Maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis). Il y a rencontré les détenus, les éducateurs de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ), les surveillants, ainsi que le personnel soignant et administratif. Thibaud Croisy s'est intéressé au quotidien de la détention et aux liens singuliers qui se tissent entre les éducateurs et les jeunes incarcérés. À l’invitation du programme PACT(e), le metteur en scène a souhaité mettre en place une résidence au sein de l’établissement afin d'y réaliser un film, dont le tournage est prévu pour la fin du premier semestre 2019. Pour la Biennale, Thibaud Croisy révèle les prémisses de ce projet.
© Thibaud Croisy

 

 

◉ Neil Beloufa, plasticien / Eau de Paris – Paris

C’est avec un film que Neil Beloufa a envisagé sa résidence de plusieurs mois au sein d’Eau de Paris, première entreprise publique d’eau en France. En partant de l’entreprise et de ses métiers, il crée un scénario évolutif entre documentaire et fiction, impliquant les salariés, afin d’interroger les grands enjeux qui traversent le secteur de la gestion de l’eau. Pour la Biennale, il propose un aperçu de ce film en cours de réalisation dont la finalisation est prévue en 2020.

© Le Carreau du Temple 2018 

 

 

◉ Djamel Kokene-Dorléans, plasticien / Crystal Group - Le Blanc-Mesnil

Lors de sa résidence dans l’entreprise Crystal Group, spécialisée dans la transformation des matières, l’artiste Djamel Kokene-Dorléans a proposé de réaliser, tout autant que de défier par la technique, un phénomène bien connu de tous et ici contenu dans une cage à oiseau : la tornade. Avec cette œuvre titrée Cosa mentale, l’artiste nous place en témoin de nos propres interrogations et paradoxes : la recherche d’une plus grande liberté en même temps que la maîtrise des choses et des êtres par l’homme. Ces contradictions, que l'artiste avait déjà posées dans Double bind (œuvre monumentale réalisée dans le cadre de Marseille-Provence 2013), Musée du Monde « Extrait » (Collège des Bernardins 2014) et dans Territories and maps (2012-2019), se retrouvent ici traitées sur un fond d’une toute autre nature où ne subsistent pas moins les tensions entre les choses.
Paul Nicoué © Le Carreau du Temple

 

 

 

◉ Taysir Batniji / Jacques Genin

Taysir Batniji réalise pour la Biennale PACT(e) la première réactivation de son œuvre L’homme ne vit pas seulement de pain (2007) : le moulage, avec le maître chocolatier Jacques Genin, de l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Interrogeant le contexte politique et social de son pays d’origine, la Palestine, cette « sculpture » s’inscrit dans la lignée de plusieurs travaux réalisés après 2006, date à laquelle il ne peut rentrer chez lui à Gaza, en raison du siège imposé par Israël. Chaque jour de la Biennale, les spectateurs seront soumis à un choix de conscience : laisser « vivre » ce texte puissant sur la liberté de circulation des hommes dans le monde ou se livrer à la tentation d’en goûter les lettres. 
© Taysir Batniji

 

 

 

 

 

♦ PARTENAIRES ♦

   

 

♦ TÉLÉCHARGEZ LE DOSSIER DE PRÉSENTATION ICI ♦

 

CONTACT

01.83.81.93.34
pacte@carreaudutemple.org