Gaspard & Cie

Théâtre
De septembre 2017 à juillet 2018, une résidence croisée entre le Carreau du Temple et la Gaîté Lyrique, doublée d’un accueil au JTN et à Théâtre Ouvert, ont permis de mettre en place un travail de recherche sur État Civil et préfigurer les orientations artistiques et pédagogiques de la nouvelle troupe Gaspard&Cie.

Au printemps 2018, Sarah Jane Sauvegrain et François Wastiaux ont décidé de mettre en commun leurs expériences respectives. Elle, jeune diplômée du CNSAD, a joué des rôles remarqués sur les planches, au cinéma et à la télévision ; lui, a mis en scène une vingtaine de fois des textes souvent contemporains, dans des lieux emblématiques comme à Théâtre Ouvert. Gaspard & Cie est né de ce redoublement en un centre de gravité unique, de deux âges, genres, identités, recherchant la maîtrise de sa fusion artistique. Sa double manifestation : spectaculaire ou pédagogique. Sa vocation : la transmission. Son ressort intime : le décloisonnement entre acteur, mise en scène et public, contre le déterminisme social.

 

Sonia Chiambretto publie ses textes chez Actes Sud-Papiers : Chto interdit aux moins de 15 ans, suivi de Mon képi blanc et Douze sœurs slovaques (2009), Zone Éducation Prioritaire (2010), Une petite randonnée (2012) et chez grmx éditions (NOUS) : Polices ! À paraître Superstructure et Supervision. Depuis 2011, elle enseigne dans un programme de Creative Writing à l'université Aix-Marseille.

 

« Être ou ne pas être, là est la question ». Car entre les deux, il y a le guichet de proximité d’Etat Civil. Sans l’attestation nécessaire, pas de  papiers, sans papiers, on connait. Des deux côtés, l’agent et l’usager doivent se trouver en règle. Fonction routinière et usante d’un côté, crainte, agressivité, de l’autre et malentendu souvent, Sonia Chiambretto explore en courte scènes ces moments clé de la vie des gens. Avec Sarah Jane Sauvegrain, François Wastiaux a commencé par travailler la pièce au pied de la lettre. Et peu à peu se sont révélées des énigmes et des fissures qui les ont conduits à aller chercher plus loin. Où mène tel indice ? Telle coïncidence ? Et autre fil tendu, ténu d’un bout à l’autre du texte ? Dans les interstices du théâtre documentaire, une poésie naît peu à peu, une fantaisie scénique qui en englobe une drôle - et sérieuse- d’instruction civique, avec le Marseille des années quarante et ses bas-fonds, son histoire, sa géographie. Et là, un Walter Benjamin à notre grand étonnement se retrouve sur l’image, oui c’est bien lui, muni d’une simple carte de bibliothèque, comme unique garante de son identité. Tous les livres du monde sur un seul bout de carton et qui pourtant ne suffit pas pour un « état civil ». Un autre Benjamin Walter, contemporain celui-là, se glisse entre les lignes. Le texte bref, factuel, transpire alors ce dont est fait la vraie vie, singulière, irréductible à tout État civil. Héroïque en un mot, à l’image d’Hamlet, en prise à cet autre fantôme, le nom du père.

En s’appuyant avant tout sur le texte de Sonia Chiambretto : État Civil, mais aussi sur des matériaux d’actualités ou historiques et des écrits de Walter Benjamin (Sur le haschich, Liste des écrits lus, Biographie
rédigée …), le public se voit proposer de participer de manière interactive à une émission radiophonique imaginaire, conçue et interprétée par Sarah Jane Sauvegrain et François Wastiaux. À partir des saynètes rapportées par l’auteure, après sa longue immersion dans les eaux de la proximité marseillaise ou sont arrimés les vingt trois bureaux du même nom, les deux metteurs en scènes comédiens veulent faire bénéficier une partie du public, retenu sur le plateau par le hasard du tirage au sort, d'une formation au « lâcher prise en prévention du burn-out ». Ils interrogent alors l’assistance de manière divertissante et distribuent des gages, à l’aide d’un quiz ludique en grand format, portant sur la loi régissant le code de la nationalité en France et à l’étranger. Chacun recense alors son niveau d’ignorance, ses lacunes à combler et se livre à une forme d’auto évaluation, qui lui permet de découvrir les exemples à suivre (ou non), pour devenir un agent public de proximité irréprochable, mieux gérer son stress et ravaler son incivilité latente.

 

Texte et voix off : Sonia Chiambretto
Conception et interprétation : Sarah Jane Sauvegrain et François Wastiaux
Régie générale : Roland Rheinwald
Collaboration scénographie: Cécilia Galli (JTN)
Conseil littéraire : Christine Friedel