CinéClub : La Mort de Staline d’Armando Iannucci

Mardi 25 février
Projection, Temps fort
Fidèle programmateur du Cinéclub du Carreau du Temple, CinéCaro - « un cinéma de quartier ouvert sur le monde du cinéma » - jette cette année les projecteurs sur le thème du pouvoir.

Sorti le 20 octobre 2017 au Royaume Uni, La Mort de Staline réalisé par Armando Iannucci est une adaptation de la bande dessinée française éponyme de Thierry Robin et Fabien Nury.

De sa promotion à sa sortie en salles, cette comédie satirique a provoqué la colère du Parti communiste de la Fédération de Russie qui a exigé la censure du film sur le territoire au prétexte qu'il discrédite la mémoire de Staline.

SYNOPSIS : Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c'est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée - comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov - la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l'URSS est à portée de main. (Inspiré de faits réels...)

 

 

♦♦♦

EN PARTENARIAT AVEC CINÉCARO

Au même titre que l’intarissable question de la sensualité abordée la saison dernière exigeait un angle de sélection, celle du pouvoir regorge d’attraits et d’enjeux cinématographiques et c’est selon un parti pris précis que CinéCaro propose quelques morceaux choisis parmi le panel de chefs-d’œuvre consacrés à cette problématique. Il s’agit d’offrir un panorama de la diversité des lieux de pouvoir et des modes opératoires qui leur sont associés. De fait, le pouvoir ne régit pas seulement la sphère politique, mais envahit aussi les espaces de la vie quotidienne : l’école, les religions,  le couple, l’entreprise. Le cinéma, après d’autres formes d’expression artistique, la littérature en particulier, pose la question du pouvoir dans toute sa complexité : la pluralité de ses modalités d’exercice, les contresens et ambivalences des motivations qui poussent à le rechercher, puis à le conquérir, enfin à le préserver jalousement, la fin justifiant les moyens, selon la loi du plus fort.  Dans le même temps, CinéCaro s’attache à présenter des œuvres qui, sans naïveté aucune, montrent la possibilité de résister, ou encore agissent par le rire, jubilatoire inversion du rapport de force. Ces films nous incitent ainsi à penser notre place et notre marge de latitude entre les mailles des pouvoirs, quelles que soient leurs formes.

Les films d’auteur programmés, fictions ou documentaires, sont tous suivis d’un débat avec une personnalité invitée.

 

► LES FILMS DE LA SAISON

Mardi 8 octobre 2019 : Z de Costa-Gavras (1969, 2h05)

Mardi 5 novembre 2019 : La Gueule de l’emploi de Didier Cros (2011, 1h34)

Mardi 28 janvier 2020 : Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon d’Elio Petri (1970, 1h55)

Mardi 25 février 2020 : La Mort de Staline d’Armando Iannucci (2017, 1h47)

Mardi 31 mars 2020 : Récréation de Claire Simon (1992, 54 min)