A MON SEUL DÉSIR - GAËLLE BOURGES

Jeudi 13 et vendredi 14 juin
Danse
La chorégraphe Gaëlle Bourges donne à voir les six panneaux de la célèbre tapisserie de "La Dame à la licorne" et poursuit ses recherches sur les représentations du nu féminin. "Une réflexion aiguë et sensible sur l'image de la virginité des femmes." Télérama

A MON SEUL DÉSIR - GAËLLE BOURGES / ASSOCIATION OS                 
Danse contemporaine
Jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019 / 19h30 / Salle de spectacle / Tarif A / Public adulte

 

"Un livre d’images presque enfantin s’il n’était si tranquillement érotique." Le Monde

"C’est toute la tapisserie qui se recompose au rythme de la parole de Gaëlle Bourges et du cérémonial orchestré par les filles nues." Les Inrockuptibles

"Une réflexion aiguë et sensible sur l’image de la virginité des femmes." Télérama

 

La Dame à la licorne, célèbre tapisserie, en six panneaux, accrochée au Musée de Cluny, dépeint une jeune femme accompagnée de près par une licorne, dans un jardin foisonnant de fleurs et d’animaux. Allégorie des cinq sens, et d’un sixième, bien mystérieux... Tout est possible dans les entrelacs d'interprétations. Il y a indéniablement une clé de voûte dans cet étrange dernier tableau. Certains la cherchent en allant le voir et le revoir.
Sous les masques figurant ces animaux, quatre danseuses tissent et détissent, délient, écartent, et recomposent la fresque, traquant cette clé à pas de danse, cette « image dans le tapis ». L'exactitude du geste et la démultiplication des mouvements ouvrent tous les horizons d'une réflexion sur les représentations de la virginité, questionnant ici la licorne - être paradoxal, ne se laissant approcher que par de jeunes vierges, tout en exhibant sa corne, sujet à controverse, indice d'une sauvagerie latente - ; là, la présence d’une trentaine de lapins. Alentour, les déambulations énigmatiques d'un chien, d'un renard ou d'un singe ravivent également des valeurs moins pieuses qu'elles n'y paraissent. Ainsi rugit le volcan de symboles animaliers du Moyen Âge, au soufre acide et à la lave poétique.
Continuité d'un travail à la croisée, depuis son premier opus Homothétie 949, entre connivences picturales et interrogations sur les nus dans l’art occidental, A mon seul désir est d'une splendeur dansée qui mérite, après son éclair au Festival d'Avignon 2015, d'être redonné à voir à Paris.
 

 

► Téléchargez le dossier de presse ici ◄

 

En coréalisation avec JUNE EVENTS, le festival de l'Atelier de Paris / Centre de développement chorégraphique national

 

 

Durée : 45 min 
Conception et récit : Gaëlle Bourges - Chorégraphie Carla Bottiglieri, Gaëlle Bourges, Agnès Butet et Alice Roland - Avec Gaëlle Bourges, Agnès Butet, Marianne Chargois et Alice Roland - Avec la participation de 34 volontaires pour le bestiaire final – Musique : XtroniK et Erwan Keravec – Lumière : Abigail Fowler et Ludovic Rivière – Costumes : Cédrick Debeuf, assisté de Louise Duroure – Masques : Krista Argale - Retouche masques lapin : Corinne Blis - Régie son, régie générale : Stéphane Monteiro - Régie lumière : Gaëtan Lajoye Production association Os - Co-production : Accueils-studio : Ballet du Nord/CCN de Roubaix Hauts de France ; CCN de Tours ; Festival Rayons Frais à Tours ; Ménagerie de Verre. Avec le soutien du ministère de la Culture-DRAC Île-de-France au titre de l’aide au projet ; de l’ADAMI, société des artistes - interprètes ; du Vivat, scène conventionnée d’Armentières dans le cadre de sa politique de résidences ; de la Ménagerie de Verre dans le cadre de Studiolab ; de La Briqueterie-CDC du Val de Marne pour le prêt de studio ; de La Halle aux Cuir-La Villette pour un accueil en résidence. Gaëlle Bourges est artiste associée au Théâtre de la Ville depuis septembre 2018 ; artiste associée à L'échangeur-CDCN Hauts-de-France de 2019 à 2021; artiste compagnon au Manège de Reims pour la saison 2018/2019 ; et membre du collectif artistique de la Comédie de Valence jusqu'à décembre 2019. Crédit photographique : Thomas Greil.

 

Chaque année, JUNE EVENTS invite à découvrir l’actualité de la création chorégraphique. Jeunes talents et compagnies de renom partagent ce temps fort de la saison de l’Atelier de Paris à la Cartoucherie et dans d’autres lieux partenaires du festival. 13ème édition du 1er au 15 juin.

 

 

Le Carreau du Temple et l'Atelier de Paris / CDCN recherchent pour ce spectacle une trentaine de volontaires pour participer au bestiaire de la tapisserie du XVème siècle La Dame à la licorne dont s’inspire sa pièce chorégraphique,
A mon seul désir.

Participation au final animalier de la pièce, qui dure quinze minutes.
Aucune expérience de danse ou de scène requise. Réservé aux personnes de plus de 18 ans.
Informations et inscriptions : mediation@carreaudutemple.org / 01 83 81 93 30

► Toutes les dates ici ◄