Marina Cedro

MUSIQUE - DANSE - THEATRE
BUENOS AIRES 72 : la nouvelle création de Marina Cedro

UNE HISTOIRE VRAIE UN PROJET LUMINEUX

Un public qui fait partie de la scène, une scène qui prend voix et corps en lui et le transporte dans un Buenos Aires de 1972.

Ce tango, c’est un bandonéon du jazz, des tricots multicolores, des psychanalystes à tous les étages et des militaires prêts à dégainer.

Buenos Aires, ma ville, théâtre des scandales, de la censure, de la révolte, de la persécution. Paris, lumineuse terre de l’exil. Quand j’ai commencé à écrire mes premières chansons, j’ai eu l’envie spontanée d’inviter des voix masculines qui pourraient me donner un écho de mes ressentis face à mes expériences una ida y vuelta.

Je n’avais jamais imaginé que mon pays était aussi vaste, que mes sentiments liés à la nostalgie, à la solitude, à la révolte, avaient sculpté ma façon de penser, de percevoir le monde.

Je suis fille de la dictature. Peut-être n’aurais-je pas dû partir ? Rester aurait été le début d’une autre désobéissance.

Je suis partie, je suis là avec vous.

Buenos Aires 72, porte la nature urgente d’exprimer avec ma voix toutes les images sonores qui m’ont traversées. Ce sont des moments de vie, des impressions qui me poursuivent et m’habitent aujourd’hui.

 

PARCOURS

En 2014, à la fin de ma tournée en Chine, Shanghai, je suis allée au Japon pour rencontrer le directeur du théâtre Kurosakihibishin Hall Theater dans la ville de Kitakiushu. Suite à cette rencontre j’ai obtenu une carte blanche pour réaliser une pièce autour du tango intitulée Tango 1972. Expérience de quinze jours de résidence et deux représentations publiques au Japon. Formation: bandonéon, violon, guitare électrique, piano, voix.
À mon retour j'ai commencé à créer des nouvelles compositions avec Philippe Cohen Solal (Gotan Project) pour ce projet.
En 2015  j'ai continué ma recherche au Centre National de la Danse, Paris avec un groupe de comédiens de l’École de Jeu, trois danseurs contemporains et des musiciens. A la fin de cette recherche j'ai fait une porte ouverte au public et aux professionnels.

En 2016, j’ai écrit le scenario et les dialogues de Buenos Aires 72 en approfondissant le thème de la dictature, de mes influences musicales et poétiques.
C'est à partir de ce vivier d'inspirations et de quêtes que j'aimerais donner vie sur scène à 

Buenos Aires 72.

Par le chant, la danse, le théâtre, la musique acoustique et électronique je raconterai ce moment qui nous poursuit encore aujourd’hui.

Buenos Aires, ma ville, théâtre des scandales, de la censure, de la révolte, de la persécution.

 

Marina Cedro

Chanteuse, pianiste, compositrice, Marina Cedro incarne l'esprit « porteño », imprégné de modernité. Marina, est une féline danseuse et magnétique jongleuse de mots : ceux d’une poésie lunaire… et portuaire. Elle passe du piano au chant, de la poésie à la danse avec sensibilité et une insolente aisance, délibérément contemporaine.

Marina Cedro cultive l’art du minimal dans les espaces infinis en friche. A l’occasion, elle se fond en duos de scène et de plume. Elle a commencé jeune. A huit ans, elle égrène les tangos sur le piano du mythique café Tortoni de Buenos Aires, repaire de la crème des intellos du cru. Conservatoire de musique et cours de théâtre puis, à Londres, le très coté College of Art. Côté musique, un premier album piano - voix, Marina Cedro Itinerario (2007), un autre avec bandonéon en plus, Marina Cedro Tango (2010). Puis des rencontres riches d’intensité, avec notamment Juan Carlos Caceres, Art Mengo,  l’immense pianiste Gustavo Beytelmann (Piazzolla, Gotan Project) qui signe les arrangements de son album Cronicas (2014) et d’autres complices latinos. Jusqu’au bout des touches, ce tango s’accorde au féminin, pour un voyage en forme d’odyssée poétique. Le tango est un éternel retour. Au début du siècle passé, la France avait offert à l’Argentine son premier pas de deux, avec Carlos Gardel, né à Toulouse. Depuis, c’est un bienheureux ping pong chaloupé qui rebondit d’une décennie à l’autre. Et Marina Cedro en est une singulière tête de proue, un entêtant personnage qui sait partager ses émotions avec son piano et ses chansons plus quelques incunables du tango qu’elle rhabille à sa façon, minimale et sous haute tension.  

- par Rémy Kolpa Kopoul

 

TANGO 33

La création de la compagnie TANGO 33 est portée par une équipe de deux artistes argentins qui habitent à Paris: Marina Cedro et Gérard Lo Monaco.

L’objectif de TANGO 33 est de transmettre la musique, la danse, la poésie et l’image.

TANGO 33 transmet cet art de vivre. Il a pour objectif des créations qui mêlent de nombreuses disciplines artistiques : l’édition musicale, l’édition de livres, la réalisation de documentaires, de films et de courts métrages, la production et la promotion de spectacles, la formation de professionnels de la danse et de la musique et l’enseignement de la danse et de la musique sous toutes leurs formes.

 

 

Crédit photos: Bernard Peyrichou