Julien Villa

Théâtre
Le Procès de Philip K., la nouvelle création de Julien Villa

LE PROJET EN RESIDENCE

LE PROCÈS DE PHILIP K.
Plongez dans l’urinoir pour y trouver de l’or. Je suis vivant et vous êtes morts.

Mon Dieu, ma vie est identique à l’intrigue de dizaines de romans ou nouvelles que j’ai pu écrire. Et ce dans les moindres détails, comme les faux souvenirs ou les fausses identités. Je suis le protagoniste d’un livre de Philip K. Philip K

Un certain Philip K., personnage fictif kafkaïen de la seconde partie du XXe siècle, erre dans les rues, comme dans les couloirs du Watergate, à la recherche de mondes cachés et de leurs sens véritables.

Auteur de science-fiction américaine, il écrit une littérature d’anticipation dans laquelle il cherche à découvrir quelle réalité se cache sous les apparences, comment différencier un homme d’un androïde ou comment trouver le vrai dans une société ersatz.

 

JULIEN VILLA

Julien Villa s’est formé au conservatoire municipal du Ve arrondissement de Paris, puis au Conservatoire Supérieur National d’Art Dramatique de Paris. Il joue au théâtre pour Guillaume Lévèque, Christophe Rauck, Adrien Lamande, Jean-Paul Wenzel, Philippe Adrien, Marcial Di Fonzo Bo, Clément Poirée, Samuel Vittoz, Jeanne Candel et Sylvain Creuzevault, qu’il rejoint sur la création « Le Capital et son singe » entre 2012 et 2015. En 2016, il met en scène une création intitulée « J’ai dans mon coeur un General Motors » au TNBA, au Théâtre de la Bastille, à La Comédie de Valence et à La Comédie de Caen. En 2017, il rejoint Lazare et la compagnie Vita Nova pour la création de « Sombre Rivière » au TNS.

Très proche, depuis dix ans de la compagnie de Sylvain Creuzevault et de Jeanne Candel ; à l’origine du festival de Villeréal, avec Samuel Vittoz et la compagnie Vous êtes ici ; il se passionne pour l’outil de « l’écriture au plateau » qu’il considère comme essentiel dans une optique d’écriture par le jeu, mettant l’acteur et l’auteur simultanément sur le même plateau et visant à une non-séparation à travers un processus d’écriture réclamant tout à la fois un matériau historique, poétique et vivant.

 

Texte et mise en scène : Julien Villa
Collaboration artistique : Vincent Arot
Avec : Vincent Arot, Laurent Barbot, Benoît Carré, Antoine Cegarra, Nicolas Giret-Famin, Lou Wenzel, Noémie Zurletti

Scénographie : Sarah Jacquemot-Fiumani
Musique originale : Clémence Jeanguillaume
Dramaturgie : Samuel Vittoz
Stagiaire mise en scène : Emile Fofana
Production-Diffusion : Louise Bianchi, Anne-Lise Roustan

 

Crédit photo : © Les Plateaux Sauvages - B. Muzard