Jeremy Ridel

THEATRE
RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT.

A travers mes dernières créations, j’ai essayé de développer une esthétique de jeu singulière et personnel qui s’articule autour de la frontalité et de la réduction. Il s’agissait pour moi de déplacer le jeu d’acteur vers une nature plus sensible et plus politique. Sensible car je souhaite faire du jeu une cartographie des affects, mettre en avants les porosités et les polarités qui agissent dans la fabrique des comportements et des émotions. Et politique parce que je souhaite inscrire ce jeu dans un projet dramaturgique qui mette  à jour les rapports de dominations et les stratégies d’émancipations. Il s’agit d’imaginer une esthétique de jeu où chacune de ses composantes (gestes, parole, regard, voix) serait réduit à sa plus intense nécessité.  J’imagine en cela un jeu d’acteur passé au microscope. Je souhaite prendre le temps, lors de cette saison 2017/2018, de développer plus précisément cette nature de jeu, en dehors des contraintes d’une création.

 

Frontalité.

Développer une esthétique de jeu autour de l’exposition.

Il s’agit d’une entreprise d’exposition des affects. Un travail que je nomme souvent “géographique”. Il consiste à penser que dans cette frontalité constante se trouve un rapport plus intense à la représentation, où rien n’est caché et où chaque affect fait l’objet d’une monstration constante.  Cette pratique donne un caractère quasiment voyeuriste à la représentation. C’est en cela qu’elle est géographique, parce qu’elle laisse voir la cartographie d’un être humain, la fabrique de ses sentiments, de ses affects et de ses décisions.

 

Réduction.

Développer une esthétique de jeu autour de la distillation extrême.

A cette frontalité s’ajoute une entreprise de réduction que j'évoquais  plus haut. Elle prend concrètement la forme d’une diminution drastique du jeu corporel de l’acteur. Je souhaite ramener chaque geste et chaque mouvement à sa stricte nécessité. Cela implique de travailler sur une immobilité relative et sur une très forte constriction du corps. De cette manière je souhaite créer une représentation où chaque geste, chaque mouvement prend une importance fondamentale pour la narration.

 

 

Recherche mené par Jérémy Ridel et FFT. 

 

Photo copyright - Cerise Guyon