CIE FRANCOIS STEMMER

DANSE
"Les Apprentis Sorciers", pièce chorégraphique de François Stemmer

LE PROJET EN RESIDENCE : LES APPRENTIS SORCIERS

Une bande, un crew composé de 7 individualités, tous soudés autour d’une passion commune : le skateboard. Mettre en lumière la puissance et l’éclat de ce bloc humain mais aussi l’exploser et exposer les individus qui le composent, séparément.

Cette première période de résidence de recherche fait se rencontrer les danseurs et les skateurs interprètes de la pièce, autour d'un travail chorégraphique commun, inspiré du langage corporel du skate et de ses "tricks".

Décomposer les mouvements instinctifs que dégagent les corps au moment des sauts, les isoler et en déployer les formes. Rechercher des matières chorégraphiques à partir du vocabulaire du skate, fixer et synchroniser les énergies.

LA COMPAGNIE EN QUELQUES MOTS

La Compagnie François Stemmer scénographie l'adolescence. Elle expérimente une forme de travail corporel sur la simple présence naturelle des corps, la construction d'une écriture du mouvement instantané, scénique et esthétique.

« Ce sont les mots du jeune Arthur Rimbaud qui m’ont amenés à regarder et écouter la jeunesse avec ce secret espoir qu’en chacun d’entre eux je trouverais la part de poésie qui les rendrait si uniques et bouleversants, qu’avec eux je pourrais créer des pièces, des poèmes visuels et sonores, riches et fragiles, d’une fraîcheur spontanée, emplies d’espérances et de chimères.

Coincés entre la fin de l’enfance et l’entrée dans l’âge adulte, c’est dans le chaos qu’ils se construisent et se métamorphosent. Leur corps, leur voix, changent brutalement et violemment. Ils ne sont plus, ils deviennent. Toute une période de construction et de destruction où les émotions, entières, dévastent et forment. Ils essaient, risquent, tombent, se relèvent. Maladroits ou assurés, ils vont tels qu’ils sont vers un futur incertain et leur maladresse est belle, tout autant que leur assurance maladroite.

Sur scène je les écoute, je les regarde, je travaille et m’amuse avec eux et sur scène avec eux je sais que nous construisons un poème, un poème dont ils peuvent être immensément fiers car il est fait de leur chair, de leur âme, de leur beauté, de leur bonté et de leur générosité. » François Stemmer

Crédits photos François Stemmer