Cie Alphageste

THEATRE
"Comme le ciel même le monde", la nouvelle création de la Cie Alphageste

La compagnie en quelques mots

Alphageste est une jeune compagnie dédiée à la création et fondée par Romain Darrieu et Floriane Comméléran. La compagnie est née de la nécessité de composer un espace de recherche, de création et de dépassement pour sillonner textes, matières et images. Pour ses créations ou laboratoires, le duo s’associe à d’autres artistes pour des collaborations multiples, ​durables ou ponctuelles, ​mais qui chaque fois en amenant leurs essences viennent enrichir, compléter ou renouveler le regard qu’il porte sur le processus créatif afin qu'il soit toujours réflexif et évolutif. Alliant et allant de l’écriture personnelle à collective, de l’écriture de plateau à la réécriture ou partant d’un texte déjà existant, ils s’attachent toujours à représenter le vivant et la langue dans toute leur complexité, synonyme pour eux de beauté.

​Le premier projet de la compagnie qui voit le jour en 2013 est la première version d’Agatha de Marguerite Duras, version qui s’attache uniquement à la pièce de théâtre de Marguerite Duras qu’ils mettent en scène tous les deux et dans laquelle ils jouent. Le projet sera joué en Normandie avant l’entrée de Romain Darrieu au TNS. Floriane Comméléran initie par la suite deux formes collectives à partir d’une écriture de plateau (Antennae et Sublimes (forcément sublimes) jouées respectivement au Théâtre de La Loge et à L’Etoile du Nord à Paris. Elle participe aussi à l’élaboration d’une pièce radiophonique avec deux musiciennes qui sera présentée lors du Festival Brouillage organisée par Radio Campus et La Loge. Romain Darrieu développe de son côté lors d’une Carte Blanche au TNS un laboratoire qui expérimente l’écriture d’une histoire commune et explore les directions que peuvent prendre la vie en communauté en fondant vie et théâtre. 

Aujourd'hui une nouvelle version d’Agatha, Comme le ciel même le monde, prend forme et avec cette fois une équipe agrandie.

 

Le projet en résidence

Lorsque l’on s’attarde sur le titre du film réalisé par Marguerite Duras et d’après sa propre pièce Agatha, on y trouve au côté du titre éponyme « et les lectures illimitées». Dans cette version d’Agatha, c’est sur ces «lectures» que mon attention se pose et sur cet « illimitées » que mon désir dérive. Je souhaite mettre en scène ces relations-miroirs entre les œuvres et ce chemin de l’intime d’une œuvre qui mène à une œuvre qui mène à une autre œuvre...

Agatha est publiée en 1981. Quelques mois plus tôt, fin 1980 Marguerite Duras achevait sa lecture de L’Homme sans qualités et bouleversée par celle-ci et par son sentiment de parenté à Musil, entreprenait l’écriture d’Agatha. Dans cette version d’Agatha que nous proposons, il s’agit d’expliciter le geste de Duras. Nous rendons visible le chemin de ces lectures illimitées et entrechoquons le son de ces échos entre eux par la mise en parallèle d’Agatha et de L’Homme sans qualités de Robert Musil afin de donner une vision synchronique et complexe de la lecture. :

Comment se livre-t-on au livre ? Comment le geste de la lecture se prolonge-t-il dans le geste de l’écriture ? Puis inversement, de l’écriture à la lecture et enfin de la lecture au jeu ? Comment ces multiples relations se nourrissent-elles à l’infini, nous traversent-elles et nous habitent-elles au plus profond de nous ? Comment représenter scéniquement ces relations et ces échos ?

Nous circulerons entre les œuvres qui se répondent comme à l’intérieur d’un monde pluriel de récits inventés, vécus ou rêvés à l’image de la vie du lecteur en train de lire. Le plateau de théâtre deviendra enfin cette chambre d’échos dont parle Duras où trois écritures parallèles s’entremêlent, se substituent ou fusionnent : l’écriture de Duras, l’écriture de Musil et notre écriture de plateau. Nous, acteurs, et vous, spectateurs deviendrons nomades à l’intérieur de cette correspondance intime et explosive.

 

Mise en scène. Floriane Comméléran

Collaborations artistiques. Anissa Daaou, Romain Darrieu

Avec. Jessie Chapuis, Floriane Comméléran, Romain Darrieu et Antoine Louvard

Création sonore et musique. Méryll Ampe

Scénographie. Cécilia Galli

Création lumières. Charlotte Boisselier

Dramaturgie. Floriane Comméléran et Guillaume Clayssen