LES JEUDIS DE LA SORBONNE #4

Jeudi 8 février
Rencontre, Conférence
Les Jeudis de la Sorbonne, c’est le rendez-vous régulier du Carreau du Temple qui propose en accès libre des débats et conférences aux formats innovants et variés, abordant des questions d’actualité et de société.

LES JEUDIS DE LA SORBONNE - QUEER : ADJECTIF INDEFINISSABLE ?

Thématique 2017/2018 : Culture et transgression
Les Jeudis 8 février, 22 février, 8 mars / 19h

Salle de spectacle - Entrée libre sur inscription

Dans les années 1950 le terme « queer » était chargé d’un sens péjoratif : « pédé », « gouine », mais surtout « bizarre » ou « tordu ». Il désignait quelqu’un d’abject, parce qu’il ne rentrait pas dans la norme. Aujourd’hui le queer embrasse une multitude d’identités et de pratiques qui trouvent leurs sources dans les sexualités minoritaires.
A son fondement, la culture queer était radicale et subversive : elle s’attaquait, par diverses formes, qu’elles soient politiques ou artistiques, à l’hégémonie hétérosexuelle, au patriarcat, aux diverses formes de binarisme, et revendiquait un pluralisme des genres et des sexualités. On assiste cependant, depuis quelques années, à une assimilation des LGBTQ+ à la société hétérosexuelle, par la revendication de droits similaires : l’exemple le plus marquant restant le mariage pour les personnes de même sexe. Semblent se distinguer alors deux courants : l’un blanc, privilégié, et urbain qui tend à être intégré à la norme; l’autre plus radical et plus transgressif, notamment à l’égard même de cette culture gay “normalisée”.
Mais que reste-t-il de la culture queer aujourd’hui ? Que viseraient aujourd’hui les cultures queer subversives : la culture hégémonique gay ou la culture hégémonique straight ? Où est-ce que ces deux cultures se rencontrent et se superposent ?

Avec Maïc Batmane (artiste queer), Nelly Quemener (universitaire), et Alexandre Gaulmin (organisateur du festival Loud & Proud) 

 

Depuis 1990, Les Jeudis de la Sorbonne sont un cycle de conférences publiques organisées par les étudiants inscrits en Master « Direction de projets et d’établissements culturels » de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne UFR 04, département des Arts Plastiques et Sciences de l’Art sous la direction de Françoise Docquiert. Il est consacré à l’art, à la médiation et à l’ingénierie culturelle, et interroge des problématiques touchant le secteur culturel et artistique et plus largement le secteur sociétal, cette année sur la thématique Culture et transgression.

Aller chercher du côté de la transgression comme une promesse de survie ou simplement pour mettre en exergue les dérives de nos sociétés, le concept reste libérateur.   Ces Jeudis de la Sorbonne, dont chacun d’eux approfondira cette notion, permettront de mettre en avant certaines de ces formes car il serait inquiétant que toute transgression disparaisse de notre univers culturel, ce qui signifierait appauvrissement et affaiblissement de l’ensemble de notre société.