La Berlinale à Paris

Mardi 25 et samedi 29 avril
Festival, Projection
La Berlinale à Paris s'installe au Carreau du Temple pour deux soirées exceptionnelles !

Le Goethe-Institut présente le dernier cru de « La Berlinale à Paris » avec un focus sur les réalisateurs allemands, tout en rendant compte également de la diversité internationale du 67e Festival de Berlin (du 9 au 19 février).

La sélection de films couvrira plusieurs sections de cet événement :

  • le Forum international du jeune cinéma qui met l’accent sur des portraits d’institutions, des travaux narratifs, autobiographiques, ethnographiques ou politiques peu conventionnels,
  • le Panorama avec des longs métrages d’art et d’essai, des documentaires internationaux sur des thèmes actuels, d’autres d’investigation, des documentaires musicaux, des portraits d’artistes,
  • et enfin un ou deux longs métrages de jeunes réalisateurs allemands de la Perspektive deutsches Kino.

Par ailleurs, cette année encore, le cinéma Luminor propose une série de films consacrés au Teddy Award, le seul prix au monde à récompenser officiellement le cinéma gay et lesbien.

 

Mardi 25 avril | 19h30
CENTAUR

Inédit en France

Réalisé par Aktan Arym Kubat
KGZ/F/All./NL 2017, v.o.s.t.fr., 89 min
Avec A.A. Kubat, N. Tursunkojoev, Z. Asanalieva

En présence de Wieland Speck, directeur de la section Panorama

Un voleur de chevaux sévit dans les montagnes qui bordent Bishkek, la capitale du Kirghizistan. Autrement, il ne se passe pas grand-chose dans la petite commune qui possède toutefois un cinéma. On y voit des histoires de la guerre en Afghanistan, des films Bollywood ou ceux de l’ex-URSS. Le projectionniste Centaur, lui-même voleur de chevaux, mène avec sa femme sourde et son fils une vie simple qui semble pourtant de plus en plus exposée à la jalousie des autres. Il croit que le peuple de Kirghizistan descend du centaure, créature mythologique entre le cheval et l’homme. Un récit allégorique sur la coexistence entre l’homme, l’animal et la nature.

 

Samedi 29 avril | 19h30
EUROPE, SHE LOVES

Film de clôture

Réalisé par Jan Gassmann
CH/All. 2016, allemand, v.o.s.t.fr., 100 min

En présence du réalisateur

On pourrait croire qu’en cette période où l’Union européenne se divise politiquement, les gens ont également des soucis différents. Europe, She Loves mêle les histoires de quatre couples européens : à Dublin, Siobhan et Terry essaient de vivre sans drogue ; à Tallinn, Veronika espère que Harri s’entende mieux avec son fils Artur ; Penny veut quitter Thessalonique et Niko, plus âgé qu’elle, pour travailler en Italie ; à Séville, Juan et Caro, qui sont au début de leur histoire d’amour, ne pensent pratiquement jamais à l’avenir. Dans la vie quotidienne, ils sont tous confrontés à des problèmes similaires. C’est un véritable défi que de définir l’Europe à travers quatre couples. Jan Gassmann arrive à créer une proximité remarquable et à saisir en quelques images les conditions de vie et l’état d’esprit des 20-30 ans en Europe.

 

En coopération avec le Carreau du Temple et le cinéma Luminor.

Avec la participation d’étudiants de l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

► La Berlinale à Paris au Goethe-Institut du 20 au 29 avril ◄

Crédits photographiques : Selbstkritik eines bürgerlichen Hundes « Faktura Film » et Centaur « Epicentre Films