Historique

Le Carreau du Temple, un établissement emblématique de l'Histoire de Paris

©Parisienne de photographie

Les Templiers dans le Marais

Au début du XIIème siècle, les chevaliers de l’Ordre du Temple de Jérusalem reçoivent en donation du roi les terres qui constituent l’enclos du Temple. Entourés d’une enceinte de 8 mètres de haut, renforcée au XIIIème siècle par un donjon, la grosse tour, l’enclos est le lieu central de l’ordre en occident.
Repliés de Terre Sainte à la suite de l’échec des croisades et devenus riches, ils furent arrêtés par Philippe le Bel et l’ordre fut dissous en 1312.

 

Au Bas Moyen-Age

Le Temple conserva son nom devint propriété de l’ordre de l’Hôpital (plus tard Ordre de Malte) et devint la maison du grand prieuré de France. L’enclos, couvrait un espace d’environ 6 ha, aujourd’hui compris entre les rues du Temple, de Bretagne, de Picardie et Béranger.

Ordre souverain dépendant du pape, il jouissait de certains privilèges qui l’exemptaient de taxes. De plus, le lieu, droit d’asile reconnu, devint un refuge.

Au XVIIème siècle, de nombreux hôtels s’élevaient au sein de l’enclos, recherchés par l’aristocratie et la bourgeoisie. Artistes et beaux-esprits y logeaient. En 1786, l’enclos comptait environ 4000 habitants.

 

La fin de l’enclos du Temple

Au XVIIIème siècle, la Révolution se saisit de l’enclos. La famille royale fut enfermée dans le donjon en août 1792 jusqu’à son exécution. L’église fut rasée.
La Tour du Temple fut ensuite démolie par Napoléon.

Partie intégrante de l’Enclos du Temple, la Rotonde du Temple, construite en 1788 par l’architecte Pérard de Montreuil, bénéfice toujours des privilèges d'extraterritorialité accordés à l’enceinte du temple (exemption de taxes, etc). Les boutiques s’y louent à prix d’or. La Ville de Paris fait construire un marché couvert entre la rue du Temple et la Rotonde. Ce marché édifié entièrement en charpente de bois, œuvre de l’architecte Jacques Molinos, rencontrera un grand succès.

Le marché est alors constitué de quatre carrés ayant chacun sa spécialité :
Carré du Palais-Royal : tapis, soieries, rubans, gants, plumes et articles à la mode.
Carré de Flore : linge de maison
Carré du Pou-volant : ferraille et friperies
Carré de la Forêt-Noire : cuir

Entre ces 4 halles et la Rotonde se trouvait un « carreau », terre-plein où fonctionnait une bourse du vêtement d’occasion, qui durera jusqu’à l’après-guerre. 

 

Création de l’actuel bâtiment

La ville dans le cadre de la rénovation urbaine voulue par Napoléon III et le préfet Haussmann, décide de le remplacer par une structure métallique, plus sure face aux fréquents incendies, et lance un concours d’architecture qui sera remporté par l’architecte Jules de Mérindol en 1860.

Sa façade monumentale s’ouvre sur la rue du Temple. Le marché avec ses pavillons de métal, de verre et de briques, peut accueillir plus de 2000 places pour les vendeurs.

 

Déclin du marché et lotissement du Carreau

Cependant le marché décline et en 1892 il ne reste plus qu’une centaine de marchands. En 1901, la Ville de Paris envisage la démolition d’une partie des pavillons alors désertés, pour effectuer une opération immobilière sur les terrains ainsi récupérés. La presse s’empare alors du sujet, et publie de nombreux reportages sur la fin du marché du Carreau du Temple. En 1904, il est choisi pour abriter la première Foire de Paris.

Dans les années 1920 la démolition du dernier tiers subsistant est également mis à la vente en 8 lots seul un lot trouve acquéreur avant la grande crise de 1929 et abrite encore aujourd’hui des logements sociaux de la RIVP. Après la II Guerre Mondiale il devient un haut lieu de la fripe parisienne. Il périclite cependant progressivement et dans les années 70 plusieurs projets visant à sa destruction définitive sont présentés.

 

La remise en route du nouveau Carreau du Temple

En 1982, toujours très attachée à ce lieu, la population locale réussit à faire inscrire à l’inventaire des Monuments historiques l’unique bâtiment restant, écartant ainsi définitivement tout risque de démolition future. 

Dès 2001, le maire de Paris Bertrand Delanoë fait part de sa volonté de restaurer entièrement le bâtiment. Lors d'un concours d'idées lancé en 2003, 133 projets sont déposés, puis synthétisés en trois propositions de projets, soumises en février 2004 à un vote local. Les personnes habitant, étudiant ou travaillant dans le 3ème arrondissement sont alors appelées à participer à cette grande expérience de démocratie participative.

Aux termes d’un concours d'architecture en 2007, le projet est confié à l’agence studioMilou architecture dirigée par l'architecte Jean-François Milou. Cette agence a notamment réalisé de nombreux projets de reconversion de bâtiment historiques et la création de Musées (Cité de l’auto à Mulhouse, Cité de la mer à Cherbourg, Place de la Brèche à Niort, Singapore National Art Gallery, etc…). On se réfèrera utilement pour plus d’informations au site www.studiomilou.fr

En 2011 ont lieu des fouilles archéologiques puis les travaux d'aménagement.

 

 

 

Le Carreau du Temple par le StudioMilou Architecture

« La restructuration et la rénovation du Carreau du Temple a été menée entre 2007 et 2014 par le studioMilou architecture. Le projet conçu par l’architecte Jean François Milou a été retenu à la suite d’un concours international d’architecture en 2007.

Le parti pris propose de révéler la structure métallique épurée de la halle sur un fond monochrome et lumineux en bois de chêne. Comme pour tous les projets du studioMilou architecture, cette composition simple est rendue possible par un travail soutenu sur chaque détail de construction composant la texture du projet.

La direction de projet menée par l’architecte Thomas Rouyrre, associé du studioMilou architecture, a permis de développer les études grâce à une coordination exigeante des équipes d’architectes,  d’ingénieurs et enfin d’entreprises entre 2007 et 2014. L’implication du studioMilou architecture sur le chantier a été quotidienne et attentive.

Le studioMilou architecture concentre depuis 15 ans son activité sur la réalisation de grandes institutions culturelles (Musées, Musées de site, Centres Culturels, Théâtres, …) et sur la reconversion de bâtiments anciens et historiques en France comme à l’étranger (Musée de l’automobile à Mulhouse, Cité de la mer à Cherbourg, National Art Gallery à Singapour, etc…).

Le travail du Studio Milou architecture est caractérisé par une approche simple, méthodique et discrète. Dans cette démarche, ses interventions architecturales viennent s’insérer comme par tissage discret de matériaux et de couleurs dans la réalité complexe de chaque site. » Jean François Milou  Novembre 2013

Un nouvel équipement parisien

Depuis 2001, la Ville de Paris et la Mairie du 3ème arr. sous la mandature de Pierre Aidenbaum se sont fixées comme objectif de redonner vie au Carreau du Temple, lieu emblématique du Haut-Marais. Le projet de réhabilitation de l’équipement est le résultat d’un processus exemplaire de démocratie participative.

Après un concours d'idées ouvert à tous, un vote local a été organisé en 2004 pour permettre aux habitants du 3ème arr. de valider les contours du projet.
Il s'articulait autour de 4 grandes idées :

  • Des halles polyvalentes avec des activités économiques (salons, défilés, événement d’entreprise), culturelles (concerts, grands événements, expositions), et sportives
  • Un pôle d'animation où les riverains pourraient se réunir et partager des moments de convivialité ;
  • Des salles de pratiques sportives spécialisées : dojo, salle de danse, gymnase… ;
  • Des espaces culturels : salle de spectacle de 250 places, studio son.

Respectant autant que possible les orientations initiales du projet, le Carreau du Temple propose des activités culturelles, sportives et accueillera de nombreux évènements grands publics.

Un opérateur exemplaire d’une gestion publique modernisée

En 2008, le Conseil de Paris a décidé que le Carreau du Temple serait exploité par une Société Publique Locale, société anonyme à capitaux publics et administré par des élus de la Ville de Paris.
L’objectif est d’optimiser les fonds publics en permettant le financement des actions de service public (programmation artistique, accueil d’associations sportives) par une location régulière des différents espaces du Carreau du Temple.
Sous contrôle régulier des élus de la Ville de Paris, le Carreau du Temple est donc un nouveau type d’équipement à la frontière entre économie commerciale et engagements de service public pour les parisiens.