FRAGMENT(S) #5

Mercredi 18 et Jeudi 19 Octobre
Festival, Théâtre
Le festival Fragment(s) revient au Carreau du Temple pour sa 5ème édition afin de vous faire partager à nouveau ce moment particulier où le spectacle n'est pas complètement achevé, encore fragile et en questionnement.

FRAGMENT(S) #5 - Du 6 au 21 Octobre 2017 - Chantiers de créations spectacle vivant 
Au Carreau du Temple les 18 & 19 Octobre / 19h30 / Salle de spectacle

Fondé et co-organisé par La Loge et Mains d’OEuvres, le festival FRAGMENT(S) crée une dynamique de circulation des publics et des projets artistiques, du théâtre à la danse, en passant par les arts plastiques et sonores. Douze compagnies dévoileront une étape de travail dans des lieux engagés auprès de la jeune création et qui ont souhaité mobiliser leurs forces et leurs réseaux.

FRAGMENT(S) veut donner à voir ce moment particulier où le spectacle n’est pas complètement achevé, encore fragile et en questionnement. Un moment unique dans le processus de création auquel il souhaite associer ses publics et ainsi prendre le temps de la rencontre et de l’échange.

Pour sa cinquième édition, FRAGMENT(S) revient du 6 au 21 octobre 2017 et devient national ! En effet, les « fragments » seront à découvrir au Jeune Théâtre National, à Mains d’OEuvres, au CENTQUATRE-PARIS, à La Loge, au Carreau du Temple, au Grand Parquet (sous
l’égide du Théâtre Paris-Villette) ET, pour la première fois, au Théâtre SORANO, à Toulouse ! Chaque lieu accueillera deux « fragments » de spectacles proposés par les lieux partenaires.

 

► FRAGMENT(S) AU CARREAU DU TEMPLE ◄
Pass Soirée 10€ pour les 2 spectacles le 18 ou le 19 octobre 

 

♦ Le jour où le Penseur de Rodin s’est transformé en gomme - aalliicceellessccaannnnee&ssoonniiaadderrzzyyppoollsskkii & cie.
Arts visuels, théâtre d’objet, performance

Une collection de crayons et de gommes fantaisies peut-elle remettre en question nos modes de pensée ?

Considérons que notre projet de spectacle se fonde sur une collection d’outils d’écriture gadgets. Considérons donc que ces objets sont inoffensifs, et que le spectacle le sera également.
Mais considérons tout de même que ces objets sont produits massivement en Chine. Produits massivement en Chine et destinés à inonder les foyers occidentaux. Considérons de ce point de vue qu’ils ne sont peut-être pas si inoffensifs. Considérons que les Chinois se moquent de nous. Oui, considérons cela.
Mais considérons que notre susceptibilité nous empêche peut-être de considérer ces objets comme il se doit. Considérons que peut-être que les Chinois veulent nous aider. Considérons que peut-être les Chinois veulent nous aider à essayer de penser comme on ne pense pas. Considérons que peut-être, les Chinois nous suggèrent de penser comme les Burkinabè. Si ça se trouve.

Interprètes : Renan Carteaux, Sonia Derzypolski, Alice Lescanne 
Création lumière : Julien Pichard
Création son : Julien Malfilatre
Production déléguée : CENTQUATRE-Paris
Co-production : Théâtre du Vivat, Armentière
Soutiens : Palais de Tokyo, Paris. GALLERIA CONTINUA, San Gimignano / Beijing / Les Moulins / Habana.

 

♦ Durée d’exposition - Cie animal architecte
Théâtre, performance, photographie

« Regarde si tu as assez de place dans les yeux  »

Si « la vraie vie est absente », dupliquée jusqu’à la dilution dans des images publicitaires d’elle-même/ émiettée en expériences incomplètes, factices, à moitié vécues ou vécues dans la séparation/ frustrantes ou étrangement lointaines/ si la vie réelle, cette « vérité concrète », comme dit Brecht, nous semble si souvent absente, dissoute dans l’anticipation permanente, l’anxiété, l’arythmie du temps consommé plutôt que vécu, dans une certaine forme de solitude ou d’impuissance contemporaine en somme/ où continuer alors de tout de même capter cette « vraie vie » dont chacun possède cependant et l’intuition et le regret ? / Dans quels gestes, mêmes petits – par quelles paroles, mêmes très simples – à travers quelles expérimentations minimales – est-ce qu’on pourrait essayer d’en re-saisir des éclats, au plateau comme au monde?

Pour tenter de répondre à cette question, on se propose ici de récolter x petits segments de vraie vie densément occupée et concrètement partagée. X (5,6,7… ?) expériences ou tentatives d’action, de pensée, d’émotions, menées en temps réel devant mais aussi avec un public. Ces expériences, ce sont deux personnes-personnages du temps d’aujourd’hui qui tentent de les inventer et de les activer. Laborantins du vital ou actionnistes sobres, ce duo par accident élabore avec attention un herbier de moments, de fragments de plein présent. Une attitude et autant de tentatives comparables (et comparées) à celles de qui tente de prendre le monde en photographies. Le médium photographique servira ainsi de structure à ces petits exercices de dépiautage du réel ; l’exploration de quelques termes techniques et de quelques productions singulières de la photographie orientant, comme un chapitrage intuitif, les expérimentations aléatoires et méthodiques de ces deux- là.

Conception : Camille Dagen
Avec : Hélène Morelli et Yannick Gonzalez
Espaces : Emma Depoid
Lumières : Hugo Hamman
Sons: Kaspar Tainturier-Fink

Inspirés par l’œuvre de Guillaume Chauvin (auteur et photographe), notamment Le vie russe : entre Sibérie et aujourd’hui (publié aux éditions Allia)

Avec l’aimable autorisation de l’artiste Guillaume Chauvin
Soutiens : les Bourlingueurs et le festival les Effusion (lieu de création), JTN, TNS

 

RETROUVEZ FRAGMENT(S) #5 À 19H30 :

♦ LES 6 & 7 OCT. AU JEUNE THÉÂTRE NATIONAL

LES 10 & 11 OCT. À MAINS D'OEUVRES

♦ LES 12 & 13 OCT. AU CENTQUATRE-PARIS

LES 14 & 15 OCT. À LA LOGE 

♦ LES 20 & 21 OCT. AU GRAND PARQUET 

 


Légende pour l'image n°2 : "Le vie russe : le phoque et ses fans". Nerpinarium d'Irkoutsk, Russie, 2012 © Guillaume Chauvin