Cie LaFlux

Danse
Que se passe-t-il lorsqu’on s’éloigne d’une zone de confort ? Que va-t-on rencontrer ? Pour leur première création Jeune Public, la Cie LaFlux souhaite se plonger dans l’inconscient collectif et y trouver des marges de manœuvre.

LE PROJET EN RESIDENCE

En se confrontant aux choses qui nous échappent, nous grandissons avec la confiance que nous sommes en mouvement.

Pour écrire ce voyage initiatique, Juha Marsalo et Caroline Savi font appel à l’illustrateur Claude Ponti. Ses images uniques et inattendues habitent la scène avec deux danseurs tandis qu’un troisième est invisible, présent dans l’ombre pour activer des effets de magie nouvelle. D’une situation initiale qui semble calme, le « Projecteur de vidéo » nous attire subtilement hors de cette tranquillité et ouvre le bal des péripéties. La gestuelle fluide opère des glissements, des métamorphoses, des déséquilibres, laissant voir la posture de non maîtrise qu’a l’être vivant au monde. Elle traduit son adaptation et son apprentissage face aux phénomènes concrets intérieurs et extérieurs. Le métalangage de la danse, la magie, la vidéo communique une intrigue, un fils conducteur émotionnel. Parsemée d’éléments étranges et magiques, Les tranges d’aventures de Lala-Bidoum est une réflexion poétique sur l’existence et les perceptions de la réalité.

Les tranges d’aventures de Lala-Bidoum
Création Jeune Public (dès 5 ans)
Danse et magie nouvelle
En collaboration avec Claude Ponti
Création 2017 (date de Première : février 2017)

 

LA COMPAGNIE LA FLUX

La Cie LaFlux est une compagnie professionnelle de danse contemporaine basée à Aubervilliers et qui travaille sur plusieurs axes : création artistique, action artistique, pédagogie pour différents niveaux et âges. Mettant en jeu des capacités d'adaptation et d'agilité, la matière chorégraphique développe l’idée de ‘corps disponible’ et circulation fluide du mouvement.

La compagnie LaFlux est l’association de Juha Marsalo et Caroline Savi, chorégraphes, interprètes l’un pour l’autre, l’un avec l’autre, dans un dialogue incessant et intime qui se construit depuis plusieurs années. En inlassables inventeurs de métaphores chorégraphiques, ils emmènent les corps aux confins de leurs êtres, et portent dans leur travail une direction humaniste basée sur le flux, la circulation du poids, des forces et des eaux.

 

 

Crédit photo Maxime Ruiz