Capucine Goust

Danse
Avec Tselem, Capucine Goust se lance dans l’écriture d’une première pièce, avec le souci de défendre la virtuosité de la danse, sa poésie, son élégance.

L'ASSOCIATION

L’Association MCA oeuvre depuis 2012 à la création et diffusion de pièces chorégraphiques et de formes performatives dans lesquelles elle confronte l’écriture de la danse à d’autres espaces. Elle mène autour de ses projets des actions de transmission. Écouter, observer, s’exprimer en laissant de la place au ludique, au créatif, à la spontanéité. L’association propose des actions de sensibilisation en lien avec d’autres arts : Photographie, Vêtement, Vidéo, Musique…

MCA est un espace de partage, de recherche, proposant d’accorder du temps au sensible, à l’observation, au fragile. Elle se veut la continuité, au sein d’un projet personnel et de long terme, du regard développé par Capucine Goust en tant qu’interprète. Elle prolonge à travers cette démarche sa volonté de défendre la virtuosité de la danse, sa poésie, son élégance, et son exigence.

S’inscrivant dans la continuité d’une Danse Théâtre, la chorégraphe place l’individu au centre de sa démarche en recherchant dans ses créations une unité autour du questionnement de l’intime,  la justesse d’un corps dansant à l'écoute de ses musicalités.

« Sur scène, je défends une humanité, une façon d’être avec l’autre. Le spectateur témoigne, participe à cette humanité »

Forte d’expériences variées, de confrontations à des univers riches et contrastés, Capucine Goust, à travers ses collaborations, provoque le croisement avec d’autres modes d’expressions artistiques: photographie, vidéo, musique, vêtement…

Ainsi,  sa première création, Tselem (TAB de Vannes, 2015), débute un dialogue entre  danse et image, utilisant cette dernière comme procédure de retour à soi, en travaillant sur sa force d’imprégnation et les sensations qui en émanent. Une image ensuite théâtralisée, développée dans l’espace et dans le temps.

 

LE PROJET

Dans un espace structuré par les photos d’Audoin Desforges, ce solo convoque la mémoire, celle d’un deuil et d’une reconstruction de soi. Il questionne le besoin de bâtir du sens face à un quotidien où les repères se modifient. Une quête d’un retour à l’essentiel, où Capucine Goust se réapproprie, entre image et danse, un langage, un espace, un temps.

L’image, élément scénographique, se pose comme prolongement des pensées de la danseuse dans un rapport organique avec la danse. Elle est un refuge où s’inscrit le passé, la mémoire.

Le temps réapproprié, ici étiré, suspendu, est un appel à la lenteur, à la pause, à la réflexion. C’est le rythme du deuil, nécessairement autre, plus humain. C’est celui de la déconstruction, de la reconstruction, de la spiritualité et du retour à soi.

Capucine Goust y interroge une gestuelle quotidienne, modifie ses rythmes, ses qualités, ses espaces, pour laisser émerger un vocabulaire dansé où les multiples traces d’un parcours d’interprète trouvent une unité, « un être ici et maintenant ».

 

Chorégraphie et interprétation : Capucine GOUST
Collaborateur artistique/vidéo : Maxime GARAULT
Création lumière : Alban ROUGE / Sam DINEEN
Arrangement musical : Djengo HARTLAP
Photographies : Audoin DESFORGES
Agent artistique : Sylvain COCHARD

Production M.C.A.

Coproductions – Dans le cadre de l’accueil Studio :
Centre Chorégraphique National de La Rochelle – Direction Kader Attou
Centre Chorégraphique National de Tours – Direction Thomas Lebrun

Accueils Studios :
Centre National de la Danse – Pantin
Dancing de la Compagnie Beau Geste
Compagnie Catherine Diverrès

Avec le soutien de la DRAC Bretagne dans le cadre de l’aide au projet