VIDEOBOX

Jeudi 18 mai au samedi 24 juin
Projection, Art contemporain, Temps fort
VIDEOBOX dédie tous les deux mois son vestiaire 9 à une galerie, une institution ou un artiste pour une carte blanche.

                                                           VIDEOBOX #4 
                                        Carte Blanche à la Galerie Joseph Tang
 
                                                   Jeudi 18 mai - Samedi 24 juin 
                                                    Vestiaire 9 • Entrée libre
                                                Vernissage le 18 mai à 18h30

 

Venez découvrir la quatrième édition VIDEOBOX, qui invite tous les deux mois un artiste, un commissaire, une galerie ou une institution à présenter une programmation de vidéos d'art dans son Vestiaire 9.

La Galerie Joseph Tang a ouvert en 2011 dans le Marais, à Paris. Elle représente principalement des artistes internationaux contemporains et c'est un espace d'exposition très spécifique situé en étage, où sont encouragés collaborations et dialogues. Elle privilégie une relation basée sur l'horizontalité pour éliminer toute structure hiérarchique. La Galerie Joseph Tang appréhende son travail moins comme une relation commerciale, que comme un partenariat actif, intellectuel et économique pour chacune des productions artistiques.

En regard des artistes qu’ils représentent et de leur situation géographique, tout naturellement que le Carreau du Temple leur donne carte blanche pour cette 4ème session du programme Videobox.

 

 

 

AU PROGRAMME :  

 

♦ Black Diamond - Samir Ramdani

L'artiste : Dîplomé des Beaux-Arts de Toulouse, il a également étudié au Bauhaus-Universität Weimar, Allemagne. En 2010, il prend part au Pavillon, Laboratoire de création du Palais de Tokyo, entre autres résidences. En 2015 il reçoit le Prix de qualité du CNC pour son film Black Diamond, RedShoes Production. Son travail oscille entre installation vidéo, photographie et Cinéma. Il aime déplacer les objets, comme placer des oeuvres dans des films de fictions ou faire parler d'art contemporain un rappeur à la verve métaphysique. L'aspect politique de son travail, passe toujours par un jeu décalé et caustique pour parler des minorité en tous genre, des jeux de dominations symboliques en jeu dans les espaces sociaux qu'il représente.

L'oeuvre : C’est l’histoire de Kevin, un gars de South Central, quartier populaire de Los Angeles. Kevin a deux problèmes : d’une part il est touché par une passion pour l’art, et, de l’autre, il a un rappeur dans la tête.

 

♦ How To Ask Better Questions ? - Julie Béna

L'artiste : Julie Béna travaille sur des environnements qui s’inspirent du monde de la littérature, du cinéma, du théâtre et de la culture populaire. Béna a étudié à la Villa Arson à Nice et a assisté aux cours de l’Académie Gerrit Rietveld à Amsterdam. En 2012-2013, elle a fait partie du programme du Pavillon, laboratoire de recherche au Palais de Tokyo.

L'oeuvre : Grâce à la délocalisation des images, des matériaux et des langues, l’artiste brouille les registres entre la culture classique et la culture kitch, dans un élan continu de valorisation et dé-valorisation de la production artistique et littéraire. Ses ambiances sont des simulations de la réalité des matériaux autonomes et libérés. Il y a dans ces environnements, parfois aliénants, quelque chose qui évoque l’atmosphère du cinéma américain des années 90, l'intention de faire faire au visiteur un saut inconscient dans la culture matérielle et post-numérique et l'entourer avec des formes fatalistes, métaphysiques, vidées de sens, mais toujours accompagnées d'une forte présence humaine.

 

♦ Hypernormalization - Adam Curtis

L'artiste : Adam Curtis est un réalisateur de documentaire qui a longtemps travaillé avec la BBC. Il décrit son thème de prédilection comme étant “le pouvoir et comment il se manifeste dans la société”. Son travail  explore des domaines variés comme la sociologie, la psychologie, la philosophie et l’histoire politique. Trois de ses films ont été récompensés par un BAFTA for Best Factual Series : Pandora’s Box, The Mayfair Set et The Power of Nightmares. Son film The Century of Self a également reçu trois prix dont deux pour le meilleur documentaire par Royal Television Society et Broadcast Awards et un pour le meilleur film historique par Longman-History Today Awards.

L'oeuvre : Nous vivons dans un monde marqué par l’incertitude et la confusion. Donald Trump, le Brexit, la guerre en Syrie, la crise des migrants, des attentats imprévisibles… l’actualité est composée d’événements qui semblent inexplicables et hors de contrôle. Les dirigeants supposés être au pouvoir se retrouvent paralysés et n’ont aucune idée de quoi faire. Ce film retrace l’histoire de notre cheminement vers ces circonstances étranges. Non seulement nous apprenons comment ce chaos s’est mis en place, mais également pourquoi nous, et nos politiciens, ne pouvons le comprendre. Il nous montre que ce qui s’est passé est que nous tous, en Occident - pas seulement les politiciens, les journalistes ou les experts, mais nous-mêmes - nous sommes repliés dans la version d’un monde simplifié et bien souvent fausse. Mais parce que c’est maintenant le monde qui nous entoure, nous l’avons accepté comme tel. Mais il y a un autre monde en dehors de cette version contrefaite. Des forces que les politiciens ont essayé d’oublier et d’enterrer il y a quarante ans - qui se sont envenimées et ont muté - se retournent maintenant contre nous dans un déchaînement vengeur, perçant le mur de notre monde artificiel.

 

♦ She (blue, red, yellow) - Ana Vega 

L'artiste : Ana Vega (1987) est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris avec les félicitations du jury (2012) et de l’ENSAAMA – Olivier de Serres à Paris (2008). Elle a également étudié la vidéo au CIEVYC à Buenos Aires.

L'oeuvre : "À 25 ans, lors d’un séjour de résidence artistique dans la ville Los Angeles, j’ai fait ma première rencontre avec une voiture. Cette rencontre appela à une relation d’intimité - je voulais la comprendre et, pour cela, j’avais besoin de la documenter; il ne s’agissait pas de la montrer, mais de la voir et de voir à travers. Le voyage, et mon attention, pourraient presque se condenser en cette rencontre et expérience. À travers cette machine mon exploration de la ville s’est déroulée et agencée, elle est devenue un tangible appareil optique. La première fois impose la nostalgie, car nulle autre ne sera cette première. Le film que j’ai produit à la suite passe à travers ce portrait, symbole de ce paradoxe de plaisir et liberté, nécessité et contrainte, dépendance quasi-totale dans cette vie californienne. "

 

♦ The Biggest Paintings Show-Ever - Fabienne Audéoud

L'artiste : Fabienne Audéoud vit et travaille à Paris, après une dizaine d’années à Londres et une résidence à la Jan van Eyck Academie à Maastricht. Elle présente ses peintures, vidéos ou performances en solo ou en collaboration avec d’autres artistes dans des institutions internationales sont aussi bien que dans des artist-run spaces. Ses derniers projets sont les expositions monographiques « No To Crucifixions » à Karst, Plymouth et « Le bien » à La Salle de bains, Lyon.

L'oeuvre : C'est la transcription vidéo d’un Tumblr et d'une proposition d’exposition pour le Palais de Tokyo à Paris, qui rassemble environ deux mille peintures de l’art moderne et contemporain, réalisées entre 1900 et aujourd’hui, avec une oeuvre par artiste. Le choix des peintures est subjectif et selon le goût de l’artiste. La bande-son est composée et jouée par l’artiste. Les références des oeuvres sont disponible sur le Tumblr du même nom.

 

Le Carreau du Temple renforce ici sa volonté et son ambition d’inviter la création contemporaine en train de se faire, au sein du bien nommé VIDEOBOX. Rendez-vous vestiaire 9 ...

 

À VENIR : 

 

                                                             VIDEOBOX #5
                                                       The Cheapest University 
                                               The Long Love Letter : A TV Drama 
                                                              8 au 28 juillet
                                                      Vestiaire 9 • Entrée libre
                                             Vernissage le 8 juillet sur inscription

 

▶ PRÉCÉDEMMENT DANS VIDEOBOX