LE PROJET JULES CÉSAR

Samedi 23 mai
Théâtre
Dans le cadre de Préliminaires #2, découvrez César ou le Projet Jules César par le collectif TDM qui poursuit sa recherche collective, musicale et corporelle en s'emparant de l’œuvre de Shakespeare pour la disséquer, la digérer et la raconter sans filtre ni fard comme un miroir des utopies et des illusions perdues...

CÉSAR ou LE PROJET JULES CÉSAR, d’après Jules César de Shakespeare - THÉÀTRE
AU CARREAU DU TEMPLE
Collectif TDM – Sarah Gerber

Mise en scène : Sarah Gerber
Avec : Cantor Bourdeaux, Camille Broilliard, Julien Cothias, Matěj Hofmann, Charles-Antoine Sanchez, Willie Schwartz, Maxime Villeléger 

Création lumière : Sébastien Roman
Création musicale et chant : Willie Schwartz

La création du PROJET JULES CÉSAR commence en novembre 2013. Après de nombreuses lectures l’histoire de Shakespeare et les motifs de cette tragédie historique sont dépecés, coupés, modulés... L’action se déroule à une heure indéterminée du monde des Hommes, lors du dernier de César. Celui-ci fait sortir des profondeurs les raisons intimes de chacun à participer ou non à cet attentat, à s’emparer ou non du pouvoir par la force… Et finalement la décision est prise : César mourra.

Téléchargez le dossier de presse ici !

Retrouvez la programmation détaillée du Festival Préliminaires du 19 mai au 2 juin ici !
Retrouvez le même soir à 19h30 The Pleasure is mine de Fernando Cabral !

Cette compagnie fait partie du programme « incubateur » Jeunes Talents/Jeunes Créateurs du Carreau du Temple

Avec le soutien de La Loge

À propos de l'artiste

LA COMPAGNIE

Le Collectif TDM est un groupe de recherche théâtrale expérimentale structuré autour d’une metteure en scène, Sarah Gerber et d’un acteur-metteur en scène, Matěj Hofmann. Ensemble ils fondent en 2007 la Compagnie du Théâtre de Minuit qui devient en 2011 le collectif TDM lequel rassemble aujourd’hui des acteurs et actrices de l’ESAD de Paris, du CNSAD, de l’ENSATT, de l’ENSAD, des CRR de Paris et Marseille ainsi que des collaborateurs artistiques issus du cinéma.
 

LE PROJET EN RESIDENCE
Création et adaptation - Collectif TDM - Mise en scène Sarah Gerber - Avec Camille Broilliard, Julien Cothias, Matěj Hofmann, Matila Malliarakis, Charles-Antoine Sanchez, Maxime Villeléger - Création lumière Sébastien Roman - Création musicale et chant Willie Schwartz

Après Le Cas Woyzeck d'après Woyzeck de Büchner, le collectif TDM poursuit sa recherche collective, musicale et corporelle en s'emparant de l’œuvre de Shakespeare pour la disséquer, la digérer et la raconter sans filtre ni fard comme un miroir des utopies et des illusions perdues...

CÉSAR ou LE PROJET JULES CÉSAR
La création du PROJET JULES CÉSAR commence en novembre 2013. Après de nombreuses lectures l’histoire de Shakespeare et les motifs presque opératiques de cette tragédie historique sont dépecés. Aux personnages principaux sont adjoints certains des personnages de la pièce de Shakespeare, ayant notamment une existence historique « avérée ». L’histoire de Shakespeare fait toile de fond au récit du spectacle. L’action se déroule à une heure indéterminée du monde des Hommes, lors d’un banquet. Ce banquet, le dernier de César, fait sortir des profondeurs les raisons intimes de chacun à participer ou non à cet attentat, à s’emparer ou non du pouvoir par la force… Et finalement la décision est prise, César mourra. Et avec lui la République de Rome, la candeur de ses assassins, les utopies de ses adversaires…

Note d’intention - Janvier 2015                                       
Ce spectacle s’inscrit dans un long processus de gestation individuelle et collective dont les intentions majeures sont d’interroger la prise de pouvoir, la prise de position attenante à l’attentat politique et la figure du chef. Très inspirée par Camus et ses écrits sur le terrorisme,  je veux que nous nous interrogions ensemble sur la question de la violence et la résonance de l’Antique dans le quotidien. Je ne m’identifie pas  du tout à César mais ses assassins me fascinent. Et ce qui me fascine encore plus c’est l’hypothèse mise en jeu dans le dispositif scénique : Puisqu’aucun ne rentre ni ne sort de la salle, tous assistent au complot, participent au parjure et connaissent l’inexorable fin de l’histoire, César compris. Alors, la question brûlante qui ouvre sur le vertige: Pourquoi personne ne fait rien pour modifier le cours de l’histoire ? Dans mon histoire, point de héros ni de coupables désignés, le conte de Shakespeare n’est pas un prétexte à l’élaboration d’un nouveau propos. Le complot, le parjure à son clan et les fondements de la République sont comme autant de thèmes mis au travail dans un processus de création mêlant improvisation et écriture instantanée dont l’objectif principal est la recherche du présent comme miroir de nos illusions, de nos utopies et de notre candeur perdue.
S. Gerber                                        

 

Page Facebook TDM

Photo : ©Maelus Angel Photography